Accueil - Jeudi 28 août 2014
 
Formation
Systèmes d'impression
Internet - Réseau
Audit - ERP - GRC
Matériels
Logiciels








Pour nous contacter :
Tél : 01 40 16 10 77
Fax : 01 49 95 00 23


Formulaire de contact
Informaticien : un métier demandé mais en tension
Le 11-May-2012
Les prévisions d’embauche exprimées par les employeurs progressent de 4,3 % en 2012 pour s’établir à 1 608 700 projets, répartis dans les 386 bassins d’emplois français (métropole et DOM). Ce sont ainsi 66 300 projets d’embauche supplémentaires qui sont comptabilisés cette année. L’informatique est le premier métier le plus recherché dans la catégorie cadres et ingénieurs, mais c’est aussi l’un de ceux qui présent les plus fortes difficultés de recrutement. C’est ce qu’indique L'enquête annuelle "Besoins en Main-d'Œuvre" réalisée par Pôle-Emploi.
 
Chaque année, Pôle emploi adresse un questionnaire à près de 1,7 million établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement par secteur d’activité et par bassin d’emploi.
 
Elle permet entre autre :
- d’anticiper les difficultés de recrutement;
- d’améliorer l’orientation des demandeurs d’emploi vers des formations ou des métiers en adéquation avec les besoins du marché du travail;
- d’informer les demandeurs d’emploi sur l’évolution de leur marché du travail et les métiers porteurs.




 

 
Projets de recrutement
 
En 2012, la part des établissements recruteurs recule légèrement pour atteindre 17,7% de l’ensemble des établissements contre 18,0% en 2011. Néanmoins, avec des besoins en main-d’œuvre annoncés qui augmentent, les établissements recruteurs se révèlent à nouveau plus dynamiques que les années précédentes (en moyenne 3,9 projets exprimés par établissement recruteur en 2012 contre 3,6 projets en 2011 et 3,2 en 2010).
 
Type de contrats et motifs de recrutement
 
Un peu plus de la moitié des postes proposés sont des emplois durables (CDI ou CDD de six mois ou plus). La majeure partie des projets annoncés (36,0%) font suite à l’anticipation d’un surcroît d’activité de la part des établissements. Plus de huit établissements sur dix souhaitent recruter dans les 6 premiers mois de l’année. Les établissements ne recrutant pas cette année, estiment pour la plupart que la taille de leur structure est suffisante ou que le contexte économique est défavorable.
 
Avec 0,3 point de moins qu’en 2011, la part des employeurs envisageant de réaliser au moins une embauche au cours de l’année 2012 atteint 17,7%, ce qui correspond à 415 800 recruteurs potentiels. Seulement 13,5 % des établissements de moins de 10 salariés envisagent de recruter, alors qu’ils sont plus de la moitié dans les structures de 50 salariés ou plus.
C’est dans les établissements de plus de 200 salariés que le nombre de projets de recrutement s’accroît le plus entre 2010 et 2012 (+16,7 % en moyenne annuelle).
 
Un peu plus de la moitié des postes proposés sont des emplois durables (CDI ou CDD de six mois ou plus). La majeure partie des projets annoncés fait suite soit à l’anticipation d’un surcroît d’activité (36,2%), soit à la création de nouveaux postes (25,1%). Pôle emploi demeure un intermédiaire privilégié puisque sept établissements sur dix pensent solliciter son aide, notamment pour les recrutements d’emplois durables ou jugés difficiles.
 
Dans ce contexte d’accroissement des anticipations d’embauche, la proportion de projets de recrutement considérés comme difficiles par les employeurs atteint 42,6 %, en hausse de 5,0 points par rapport à l’an dernier. La métallurgie, les industries manufacturières et le secteur du commerce sont particulièrement affectés. Ces difficultés sont le plus souvent liées aux profils inadéquats ou à la pénurie de candidats. Selon les employeurs, la formation des salariés (venant de l’extérieur ou déjà présents dans l’entreprise) reste le meilleur moyen d’y remédier.
 
Plus optimistes qu’en 2011, près de la moitié des établissements envisagent une progression de leur activité dans les 3 à 5 ans à venir.

Les derniers articles mis en ligne